Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 18:47
Chèr(e)s ami(e)s,

Comme vous, chaque jour, je fais le voeu que le cynisme du gouvernement de mon pays cesse... en attendant, merci de signer cette pétition, et n'oubliez pas de valider l'e-mail retour que vous recevrez dans votre boîte mail.

Bonne année à tous les résistants. Que celle-ci soit enfin la nôtre ! 

 

SuKrija DIBRANI, son épouse Dzulia et leurs trois garçons ont fui le Kosovo et sont arrivés en France le 13 mars 2009 .
Voici leur histoire :
SuKrija et Dzulia n’ont jamais pu être scolarisés en raison du rejet dont ils étaient victimes de la part de leurs concitoyens. Eux-mêmes et leurs familles respectives ont été régulièrement insultés et  humiliés en raison de leur appartenance à la communauté Rom. La communauté Rom vivait sous la pression tant des Albanais que des Serbes, chacun croyant qu’elle soutenait la partie adverse.
A la suite du déclenchement de la guerre en mars 1999 et des nombreuses persécutions subies (bombardements, maisons brûlées, racket…), SuKrija DIBRANI a fui MITROVICA (au Kosovo) pour se rendre à LEPOSAVIC (Kosovo) où il s’est installé dans un camp qui recueillait les Roms. C’est dans ce camp qu’il a rencontré son épouse, Dzulja.
Dans ce camp, la famille était hébergée dans des conditions précaires dans des baraques. Les conditions de vie étaient très difficiles , d’autant que la population leur opposait rejet, mépris et parfois violences. Ils ont eu 3 enfants.
En 2008, après avoir péniblement survécu dans le camp, les autorités ont décidé que les Roms devaient partir. Un retour étant impossible à MITROVICA (pour M.) et VUCITRN (pour Mme), ils ont décidé de fuir le Kosovo pour la France et y ont demandé l’asile. Un quatrième enfant est né à Niort en décembre 2009.
En décembre 2011, après une demande de réexamen, Monsieur et Madame reçoivent le rejet de leur demande d'asile au motif que les preuves fournies sont insuffisantes. Les trois enfants les plus âgés (6 ans, 7 ans et 9 ans) sont scolarisés à Niort où ils sont très bien intégrés. La famille participe à la vie du quartier et notamment aux activités proposées par le Centre Socio-culturel.
Nous demandons à Mme la Préfète du département des Deux-Sèvres de bien vouloir leur accorder, comme elle en a la possibilité, une admission exceptionnelle au séjour à titre humanitaire en raison de leur bonne intégration dans la société française.

Partager cet article
Repost0

commentaires

W
The story of Sukrija Dibrani is a heart touching one. He suffered a lot and worked hard for his family. There will be such war victims. Common people suffer the after effects of war and life of Sukrija Dibrani is living example.
Répondre
L
<br /> tu ne vas pas être déçu avec hollande et ayrault CA RISQUE D'ËTRE ENCORE PIRE<br /> <br /> <br /> mélanchon a raison<br />
Répondre